Aurélie : Collège

Je souhaite témoigner car j'ai été victime de harcèlement scolaire de mes 12 ans à mes 14 ans: les faits remontent à + de 20 ans mais continuent de me hanter.

J'étais une enfant timide, qui avait du mal à relationner avec les autres même si je désirais avoir des copines. Les brimades ont commencé en 5è avec un groupe de garçons qui s'en prenaient à mon physique: je souffrais d'hyperpilosité et ils me traitaient de tous les noms, me disaient que j'étais un singe... Je n'étais tranquille à aucune récréation. Avec les filles, ce n'était guère mieux car je ne communiquais pas et elles me rejetaient, profitant parfois de ma faiblesse pour me tourmenter.
En 4è j'ai changé d'établissement, mes parents ayant décidé de déménager dans un autre département. Ils nous ont inscrit dans un autre collège privé, réputé tranquille. J'ai alors eu espoir de changer de vie, de me reconstruire en trouvant un groupe d'amis... Hélas, les harcèlements ont repris contre moi (encore à cause de mes défauts, de mon physique ingrat, mon introversion) et j'ai alors pensé que je le méritais, pour que ça m'arrive dans deux collèges différents! Aux intercours, un groupe de 3 élèves, dont mon voisin de classe, venait m'entourer pour me dire des horreurs: que j'étais moche, stupide, que j'étais un monstre... Un jour ils ont été assez motivés pour traverser le parking, alors que j'attendais mes parents, et venir m'insulter. En rentrant mes parents m'ont entendue pleurer dans ma chambre et m'ont demandé des explications, je leur ai tout dit, mais j'ai ensuite étouffé l'affaire car je ne voulais pas qu'ils aillent voir le directeur, que les autres enfants soient punis et que ça se retourne contre moi...
La 3è n'a pas été beaucoup mieux, j'étais toujours brimée, subissais des moqueries tous les jours. J’ai essayé de m'intégrer à un groupe de filles mais celles-ci passaient leur temps à me rabaisser, à me ridiculiser tout le temps en commentant mes moindres faits et gestes et moi je m'obstinais à rester avec elles, pour ne pas être seule...L'une d'elles s'amusait à me gifler. Je regrette vraiment de ne pas les avoir évitées pour rechercher d'autres personnes. 
En classe, un jour, pendant le cours d'anglais un garçon s'est amusé, alors qu'il s'agissait d'un exercice organisé par la prof, à me filmer de haut en bas en me tournant en ridicule devant toute la classe qui hurlait de rire pendant toute la vidéo alors que la prof ne levait même pas le petit doigt! Je me souviens d'un vacarme assourdissant, que j'avais envie de partir loin, très loin, même de mourir... J'ai beaucoup pensé au suicide pendant cette période.
Aujourd'hui j'ai encore des séquelles de cette étape de ma vie: je me mésestime, je pense que je ne vaux pas le coup d'avoir des amis. J’ai développé une phobie sociale qui m'empêche de vivre normalement. J'aimerais tellement que ces histoires du passé ne m'empêchent plus de vivre, et que plus aucun enfant ou adolescent n'en soit victime... car j'ai compris que je n'avais pas mérité cette violence, et qu'aucun élève harcelé ne la mérite.